mardi 19 octobre 2010

Manif 22 mai, les dessous des cartes, ou ma vérité a moi. (Partie 6)

Avant-propos :

L’avant propos de la partie précédente s’applique également a cette partie ainsi qu’aux éventuelles parties suivantes.

Mardi soir, le changement de tactique !

Contrairement aux trois premières épisodes, je n’ai pas eu beaucoup de commentaires sur les 2 derniers, et je commence à me poser des questions, es ce que ce que j’écris est si médiocre que ca ? Es ce que ca n’intéresse personne ? Dois-je arrêter ?

Il est vrai que quelques parts, si j’ai décidé d’écrire cette histoire, c’est pour vider un sac, pour faire un témoignage, pour garder une trace de ce qui s’est passé, car même si aujourd’hui c’est presque fini, que ca n’a pas donné de résultats tangibles et réels sur le court et moyen terme, je pense - et ca m’aide de le penser - que cette histoire a changé quelque chose, a fait avancer les choses, même d’un tout petit millimètre, et que ne pas attendre 30 ans comme le font les ex flics, ministres et responsables pour donner leurs version des choses, pourrait peut être aider, notre groupe, ou un autre groupe pour entreprendre d’autres actions.

Dans les rares commentaires que j’ai reçu, on me dit qu’on a marre de ce qui est subjectif, et on veut de l’insolite, du croustillant. Je ne vais pas changer l’approche, j’ai pas regardé ce que je raconte dans un film, je l’ai vécu, je l’ai senti, la peur dont je parle n’est pas exprimée par une musique et une expression de visage, mais c’était une peur bleu, froide que j’ai vraiment senti, donc non, je vais continuer à écrire subjectivement. Pour les insolites, il y’en aura, et je risque de m’attirer d’énormes foudres, mais jusqu’au 22, il y’avait beaucoup d’action, il y’avait les vidéos, donc y’a pas trop d’insolites, tout est presque connu, les vrais clash, les vrais malentendus, les vrais tournants, commencent le dimanche 23 mai, et a partir de cette date jusqu’au 12/10, la date que j’ai commencé a écrire, le public (400 lecteurs réguliers) trouveront les vrais « dessous ».

Une dernière remarque, on m’a dit aussi que je dégage une image négative de moi-même en racontant de la sorte, je tiens à rappeler que je n’ai participé a nhar 3la 3ammar, ni que j’ai écrit ce témoignage pour plaire ou construire une image, et qu’a la limite je m’en fou !

Donc, on était mardi soir, et j’étais dans le brouillard de la « guerre », sur internet, l’action commence à prendre énormément d’ampleur, mais ce n’était pas suffisant pour moi, moi qui ne croit que dans le réel.

Dans ma pensée profonde, je croyais en « l’information », les medias, que ce sont les seuls capables de faire bouger les choses, aucune manifestation ne fera autant d’effet que si le même jour on parle de nous au CNN, Al Jazeera, et BBC. Mais on a décidé, et j’étais partisan, farouche défenseur de cette idée : non, on s’orientera pas vers les medias étrangers.

La raison était simple, on ne cherchait pas, et on ne pouvait pas faire une confrontation frontale avec le système, on n’a pas les moyens, et on a trop à perdre, d’ailleurs j’ouvre ici une parenthèse, qui vu les circonstances actuelles pourrait m’attirer des foudres.

Je me rappelle d’une discutions avec Mohamed Soudeni (qui ne faisait pas partie du groupe, mais qui était sympathisant de la cause), sur ce point, son avis était de pousser vers la confrontation directe et frontale, ne pas fuir les medias, au contraire, les chercher par tout les moyens.

Je lui ai dis, que je ne veux pas être Fahem Bou Kadous II, que je n’ai pas suffisamment de couilles pour ca, et ce ne sont pas les statu Facebook de soutien qui amèneraient le lait et les couches pour mon fils, je prends des risques certes, mais ce genre de risques, non, pas pour moi.

Il était dans un état de fureur pas possible, comme si j’ai insulté el Fehem !

Bref, donc dans cette vision, j’étais contre un contact direct avec les medias étrangers, même si, et a travers des gens, des chaines de télé et des journaux, ont exprimé explicitement leur volonté de nous interviewer et que notre refus pourrait être pris pour du « snobisme » et qu’ils risqueraient de nous lâcher si ca tourne mal.

Mais mardi soir, je commencé à voir les choses autrement, si aucun media ne parle de nous, (les medias nationaux ont montre leur vif intérêt pour le sujet, et a part el Mawkef et Tariq el jadid , tout allait bien dans le meilleur des mondes, et bientôt les anges feront de la migration clandestine du paradis pour vivre en Tunisie) et vu qu’on n’appartient a aucun parti, aucune organisation, le système pourra nous broyer, et on n’aura qu’au maximum une semaine de soutien sur facebook, après tout le monde retournera a partager des clips et parler du foot.

Je contacte Hana Trabelsi par mail, elle est connectée, on parle, on discute, et je lui propose de faire l’attaché de presse : officiellement c’est notre problèmes comme tunisiens, c’est a nous tunisiens de le résoudre, donc on ne donne pas d’interview, ca ne regarde que nous, mais si un journaliste veux faire son travail et couvrir l’action, on ne pourrait pas lui en empêcher ;) , il trouvera toutes les informations chez Hana même indirectement ;) .

Hana accepte, et dis qu’elle va travailler avec MBL, qui est bien introduit et connait tout le monde, et qu’elle va commence à écrire les communiqués.

Sur le groupe, Azyz commence a reparler des récupérations politiques et qu’on va être baises si ca continue de la sorte, et qu’il faut agir, je lui fait confiance, je sais qu’il va agir, puisqu’il l’a déjà dis.

La vidéo d’un responsable au PDP avec costume cravate qui circule sur le net, en s’appropriant presque l’action , m’a fait rire. Pas a Azyz !

J’arrive à dormir.

Mercredi, premiers signes de la police!

Je n’ai pas beaucoup de souvenirs sur ce qui s’est passé le mercredi, probablement on s’est vu, probablement la scène avec Soudani s’est passé ce jour la, mais dans ma mémoire, du samedi de dépôt, jusqu’au vendredi de l’arrestation tout n’était qu’une seule et longue très très longue journée.

J’ai reparlé avec Hana concernant ce qu’on a dis hier soir, elle m’a confirmé que MBL était d’accord, il fera la traduction du texte en anglais, il contactera tout le monde, et si il n’a pas internet chez lui pour n’importe quel raison, il viendra passer la nuit chez Hana, pour y travailler.

J’étais soulagé.

Vers 20h ce soir la, slim poste dans le groupe que la police est venue le chercher a son adresse de CIN, chez son père, et que son père l’a appelé et veux le voir.

Je relaye le message sur facebook

Et je prépare un petit sac, oui j’ai préparé un sac, avec 2 slips, 2 paires de chaussettes, 2 tricots de peau, non pas de brosse a dent, ca m’étonnerais que j’en aurais besoin.

J’ai préparé mon sac le plus discrètement possible, et je suis retourné sur Facebook.

A ma grande surprise, les messages que j’ai reçu, était certes de soutien, de conseil, mais ce n’était pas très difficile, de lire entre les lignes, sur les lignes même des fois, que y’avait certaine « chmetta ».

Des messages du genre : « comme tu le savais pas ! » « C’est le moment de payer » « tu l’as bien cherché, ech lazek » plein de « loooool » comme si c’était drôle !

Naif que j’étais, et jusqu'à ce soir, je n’ai jamais pensé qu’on allait m’arrêter, après tout je n’ai rien fait d’illégal ! je lisais ce que disaient les opposants sur Facebook, ce que dis le gouvernement, et je pensais que la vérité est quelque part au milieu, que si les deux exagèrent, l’équilibre entre les versions, me dira que je n’ai rien a craindre, apparemment j’étais le seul a penser ainsi, et la confiance que j’avais vers « l’état » va s’avérer une énorme naïveté.

Il faut dire que je n’étais pas déçu, dans ma tête, nous (Slim et moi) sommes seuls si ca merde, on devrait faire face seuls, je n’attends rien de personne, comme ca, je ne serais jamais déçu.

Je savais que si ca marche, ca sera grâce aux 100000000 pseudos, si ca merde, ca sera de ma faute, et comme ont dis nos ancêtres : la victoire a mille pères, la défaite est orpheline.

Donc, mon sac est prêt, je garde le moral, et je m’en dors avec mon pantalon, chaussettes, histoire si ils viennent me chercher, ca se fera dans le calme, et avec le moins de traumatisme possible pour ma famille, qui apparemment n’en savais rien (sauf mon frère qui était sur Facebook).

La nuit sera longue, je n’arrive pas a dormir, je retourne sur Facebook, et je vois qu’on commence a parler de nous, sur des journaux en ligne, que la communication commence a se faire, grâce notamment a Sofiene Chourabi.

Il est vrai que les articles parlent de nous, de notre action, mais il y’avait toujours un focus sur sa personne ou sur MBL. Ce n’était pas désagréable, je m’en foutais, du moment qu’on nous couvre (au sens propre et journalistique).

Il était 22h ou 23h Ma communication avec hana par mail reprend, elle m’informe que le plan d’hier ne sera pas possible vu que la police a coupé internet chez MBL (ca m’a paru trop bizarre sur le coup, ma connexion, celle de slim, de hana n’ont pas été coupés, mais qui peut expliquer comment pense la police, de toute façon MBL était sur que c’était la police) et qu’il n’est pas possible pour lui de venir chez Hana !

Merde alors ! Grosse et énorme merde bien puante !

Je m’endors, jeudi sera le jour des grandes décisions.