jeudi 18 novembre 2010

Manif 22 mai, les dessous des cartes, ou ma vérité a moi. (Partie 17)

Avant-propos :

L’avant propos de la partie précédente s’applique également a cette partie ainsi qu’aux éventuelles parties suivantes.

Al 7al9a el a5ira:

Le silence pese sur le groupe, ce n’était pas le silence avant la tempête, c’était juste du silence.
Le 12/10, MBL débarque sur le groupe, en s’indignant, comment le groupe ne l’a pas soutenu quand la très méchante police l’a persécuté, et l’a empêché de voyager !

J’observe le silence qui continu, en me disant, pourquoi moi, pourquoi c’est toujours a moi d’affronter, de dire le fond de mes pensés, j’hésite, silence encore silence,  je me lance.

J’envoi un message pour dire que puisqu’on ne sait pas ou MBL va voyager, pour quel but, dans quels conditions, et pour quoi dire, il est normal que le groupe ne bouge pas, sinon la prochaine fois que MBL tetchad mraskya, ou ne trouve pas le sucre dans sa cuisine, on fait une pétition car c’est certainement des vilains policiers qui ont déplacé ce sucre,  bien évidement car suivants certaines « écoles »,  militer en Tunisie, implique adopter « onssor a5ak thalima aw mathlouman », tout les prétextes sont bons pour pousser à parler des petites personnes, et la loyauté est pour les personnes pas pour les causes.
La deuxième partie du message, disait, que non, on l’a pas empêché de partir et ceci pour des raisons simples et objectives :
  • -          Elle a voyagé y’a moins d’une semaine.
  • -          Selon elle, lors de la première « mise au point », elle est intouchable
  • -          Mon expérience personnelle m’a montré, que lorsque le pays de retrait des billets n’est pas le même que le pays d’achat, la compagnie aérienne demande le numéro de la carte de crédit avec laquelle l’achat a été effectué, ceci m’est arrivé a deux reprises avec Lufthansa quand j’avais 20 ans, je donne le numéro de carte, j’embarque, et c’est tout ce qu’on a demandé a MBL, mais pour des raisons inconnus , elle n’a pas pu fournir ce numéro, et on colle tout sur le dos de la police.
  • -          Son problème d’embarquement s’est passé niveau compagnie et enregistrement, pas encore niveau police.
  • -          Selon MBL, le chef d’escale en privé, lui a « dit » , que la police lui a demandé de ne pas la laisser embarquer ,comme si elle a fourni la preuve d’achat et on l’a toujours empêché , ou comme si c’était la police, on va le dire aussi explicitement !
      Inutile de dire que j’ai eu une réaction, très « objective », et que je suis devenu encore une fois policier, et bien sure aucun argument aussi objectif et réel soit il n’est convainquant.
Je ne défends pas la police, je n’aime pas la police, je sais qu’ils sont capables de pire, mais faire un cirque, mentir, modifier les réalités, profitera certainement a MBL, elle sera de nouveau « el mounathla », qui paye le prix fort, d’ailleurs je me demande ce qu’elle a payé, pas de thèse et elle enseigne quand même (ce qui n’est pas un droit acquis), enseigne a Tunis, paye a temps, jamais arrêté même pour 10 minutes, mais ca ce n’est pas notre sujet. Mais a qui nuit ce cirque alors ?
Les premiers à payer le prix pour ce genre de mensonges, montages et egos démesurés, sont les gens vraiment persécutés, en banalisant leur souffrance, leurs malheurs, leurs sacrifices.. a force de crier au loup, sans qu’il y’a de loup, le jour ou le loup est la, tout le monde s’en fou.
Qui d’autre ? La cause et la Tunisie, car mentir, dire les choses comme elles ne sont pas, juste pour montrer qu’on est « mounathlin », plonge encore les gens dans le cercle de la peur, donc moins de gens vont oser défendre la cause, et plus de gens vont s’éloigner du « cha2n el 3am ».
Donc, je tiens bon, et j’affirme (dans le groupe) que MBL n’avait qu’a montrer sa carte et que c’est pas la police, et que si dans un groupe qui lutte contre la censure, il n’est pas question de se censurer pour faire plaisir a Mlle, et si l’honnêteté est trop dure a supporter pour elle, eh ben qu’elle dégage ! Et elle a dégagé.
Ce jour la, ce n’est pas la réaction ou la tragédie grecque de MBL qui m’ont alarmé, mais la passivité des membres du groupe. Ce jour la j’ai senti que c’est la fin, ce groupe est mort, et je me sentais que c’est de mon devoir d’écrire.
Ecrire pour me sentir mieux, écrire pour garder trace, écrire pour éviter a des gens qui veulent faire des actions pareils de faire les même erreurs, écrire pour capitaliser, écrire pour dénoncer, écrire pour ne pas se censurer.
Donc j’ai écrit. Et c’était le premier message du 12 octobre.
Avec ce dernier passage, j’ai essayé de raconter l’histoire de nhar 3la 3ammar, des son début (pour moi) jusqu’au 12 octobre, avec le maximum d’objectivité, d’honnêteté, de détails possibles, sans calculs, sans me gêner de dire que j’ai eu peur, sans essayer de justifier ou d’expliquer, sans essayer de ménager tel ou tel personne, sans essayer de créer une image ni a la soigner.
Si je reçois des questions, sur n’importe quelle partie, j’y répondrais volontiers.
L’histoire ce termine ici, mais cet épisode continu un peu plus loin, sans vouloir être exhaustif, après cette expérience, j’ai eu des déceptions , et ma plus grande déception était le manque d’honnêteté, la manipulation , les mensonges, les alliances, les intérêts composés dans ce milieu. Pour plusieurs personnes, les causes importent peu, c’est leurs personnes qui comptent, qu’elles essayent de vendre a tout prix et de n’importe quel moyen, quitte a tromper, mentir. Le but c’est de passer a la télé, qu’on parle de « MOI », ce « MOI » que j’utilise, je met en avant , j’en parle 10 minutes, pour parler de la cause 30 secondes ! « MOI » « MOI »  « MOI ».
Un exemple ? Vous n’en avez pas assez ? Vous ne savez pas lire entre les lignes ? Un dernier « pour la route » ? O.k.
Quand quelqu’un passe dans une télévision internationale, regardée par des millions de gens, et dis qu’il a fondé une association pour protéger les blogueurs, vous et moi simples citoyens naïfs, vous penserez quoi ? Que cette association existe, active, bien structurée, légale, avec des moyens financiers et légaux, et vous seriez en admiration face a ces messieurs dames, qui donnent de leur temps pour protéger les blogueurs, surtout annoncé en public sur une chaine de télé internationale, ca ne peut être que vrai ! Non ?
Eh ben non, il y’en ai rien, ce ne sont que 3 personnes, qui ont décidé de crier cette association, mais qui n’a jamais été crée (ah oui, une page FB et un blog, c’est ca une association), qui n’a ni statut, ni autorisation, ni « amin mel » , et ils ne peuvent même pas protéger leur culs, c’est du « wahm » « sarrab »  rien de rien de rien, « tcha9chi9 a7nek », juste pour avoir accès aux medias, et dire n’importe quoi, quitte a induire en erreur (les séquences existent, on parle comme si c’était déjà fait et actif).
Une autre déception, est qu’il faut choisir un camp, soit bouliss, soit opposant, citoyen n’existe pas, on ne peut pas dire la vérité, si elle profite a l’autre camp, si je parle a un « opposant » et je dis que la police n’ pas merdé sur un tel ou tel point, je suis a la limite du traitre ! On s’en fout de la vérité ! Même chose de l’autre cote, si je parle avec un RCDiste, dire que la police a merde, a fait un abus de pouvoir ou des pratiques illégales, même si je le prouve, il ne peut pas l’admettre ou l’avouer. On s’en fout de la vérité ! la règle est : « M3iz walaw tarou »
Et je pense que cette malhonnêteté, ces egos démesurés, font autant de mal a la citoyenneté tunisienne que la répression et la désinformation que pratique le régime.
Yezi lahna, le nebda nhez w nosbot, ce n’est pas le cadre.

Merci d’avoir suivi ce récit, j’espère que cela vous a éclairé et aide à comprendre cette histoire de nhar 3la 3ammar, et qu’il sera utile pour celui qui chercherait à entreprendre quelque chose de semblable.