mardi 9 novembre 2010

Manif 22 mai, les dessous des cartes, ou ma vérité a moi. (Partie 15)

Avant-propos :

L’avant propos de la partie précédente s’applique également a cette partie ainsi qu’aux éventuelles parties suivantes.

Flash mob:

A mon niveau, je ne sais pas trop comment ca s’est passé l’histoire du flash mob, deux vidéos de flash mobs, un fait par des élèves du lycée pilote de Tunis, l’autre par un groupe a Sidi Bou, ont mis la puce a l’oreille. Il n’y a eu de « légères discutions » dans le groupe, mais rien de concret.
A cette époque je me préparais à rentrer en Tunisie, Tarek est déjà en Tunisie.
Le jour même du flash mob j’apprends, je découvre, comme tout le monde presque.
J’ai su que c’est avorté, mais sans trop de détails, les détails je vais les avoir, a Tunis, de Tarek.
J’ai regardé aussi la vidéo de Al Jazeera ou MBL a parlé du flash mob, et la j’étais sur le cul. J’étais très énervé suite a ce passage, de un MBL ne parle pas bien, de 2 Tarek était a Tunis et aurait pu faire 1000 fois mieux mais surtout parce que la vidéo qu’Al Jazeera a passé, était celle d’un autre flash mob (vieux de deux ans, a Sidi Bou), et Al Jazeera a sous entendu que ce qu’elle diffusé est ce qui c’est passé, alors que c’était faux faux faux archi-faux, et j’aurais pu supporter n’importe quoi, sauf un détail qui touche a la crédibilité.
Le journaliste d’Al Jazeera enchaine avec les journalistes emprisonnés, et MBL le suit. Je n’ai rien contre la cause de ces journalistes, mais je pense que si MBL veux parler de ca, elle n’a pas a utiliser le nom de « nhar 3la 3ammar » mais son propre nom, que ma cause est la censure, et que ma méthode, une cause a la fois. Donc si le présentateur de Al Jazeera la piégé, elle ne devrait plus passer  vu qu’elle se fait si facilement piéger, et si elle était complice, elle ne doit plus passer et parler au nom du groupe.
Dans 3 jours je rentre à Tunis, je prends mon mal en patience.
Le lendemain, MBL fait un appel au secours, une alerte a malibu, elle est au centre ville et poursuivie par, pas un, pas deux, mais 10 policiers en chair, en os et en civil, et elle demande qu’on se demerde pour lui envoyer une voiture et la sauver !
Bon, puisqu’on à pas parlé de MBL même suite a l’intervention à Al Jazeera, ce n’est pas grave, elle trouvera un moyen.
Moi ca me fait rire, car 10 policiers en civil , pour une seule personne, qui selon elle, est intouchable , et qu’une voiture sauvera, me parait vraiment drôle, comme si la police voulait l’avoir, une voiture aurait change quelque chose ! (bon  , j’ai appelé Batman, mais la Bat mobile est sans vignettes, il n’a pas pu venir), Hana m’a dit qu’elle l’a harcelé et qu’elle aussi ne croit pas trop a cette histoire, mais « hay bch te5ouha 3le 9ad 39alha », et tout compte fait 10 policiers b tamem wal kamel, n’ont rien pu faire a MBL, elle a pris un taxi, rentré chez elle, même pas un seul cheveu qui manque !
D’ailleurs cette histoire me rappelé une autre, MBL a crié sur tout les toits que suite a « nhar 3la 3ammar », qu’on l’a pas payé ni renouvelé son contrat a l’université, j’apprends par un pur hasard, deux mois après, que c’était par sa faute, et dés que son dossier était complet, elle a eu son argent, et son contrat, et elle enseigne maintenant, mais ca, elle a juste « oublié » de le dire, ou presque, contrairement aux premières accusations.
Je ne défends pas le régime, je sais, qu’il peut le faire, qu’il a fait pire, mais de la a inventer des histoires, de se refermer dans le cercles des lamentations,  juste pour récolter de la sympathie, ou juste pour parler de ma personne comme « chahid el 7oreya », me parait contre productif, ingrat en vers ceux qui payent le vrai prix, menace la crédibilité, renforce le cercle de la peur, et envoie un message très négatif de toute action citoyenne : c’est contre le sens même et la philosophie de « nhar 3la 3ammar ». Et quand par malheur j’ose en parler ouvertement au sein du groupe, MBL réagit, et je deviens (encore !) bouliss et na9roud.
Les membres du groupe réagissent en privé pour me dire qu’elle est comme ca, réactionnelle, sensible, fragile, bla bla bla, comme si le groupe fait dans le social ou dans la psychologie.
Je suis sur Tunis, plein plein plein de papiers à préparer, le Ramadan est la, Tarek m’appelle, on se voit.
C’est la première fois qu’on se voit physiquement. Il ne diffère pas trop de l’image que j’ai de lui, on discute du flash mob, il m’explique, que le secret a été brisé malgré toutes les précautions, que la police les attendait a la station du TGM, que les gens qui se sont déplacés ont été insultés, humiliés, refoulés par force et obligés à remonter au TGM, que les policiers était violents et vulgaires (comme si il pouvait être autrement). On parle du futur des actions, et on parle des politiques,  politiciens, partisans.
Sa pensée rejoint la mienne :  les jeunes partisans, sont une force qu’on a ignoré, dont on avait peur, mais si ils adhérent a la cause, et acceptent nos méthodes « molles », et respectent notre ligne directrice, ils apporteront au mouvement un moteur a réaction.
Il défend MBL. On se quitte avec la promesse d’un autre RDV, chose qui sera faite quelques jours plus tard. Mais pour ca, y’a un autre épisode.